​​​Sclérose en plaques

​​

Sclérose en plaques

Un grand nombre d'informations sont transmises dans le système nerveux central (cerveau et moelle épinière, en abrégé SNC). Cette transmission se fait par l'intermédiaire de longues chaînes de cellules nerveuses, appelées axones dans le langage médical. À l'instar d'un câble électrique intact, les axones sont enrobés par une couche isolante, la myéline ou gaine de myéline.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune inflammatoire du SNC. Pour une raison encore inexpliquée, les cellules immunitaires du système de défense de l'organisme attaquent par erreur les gaines de myéline et axones des cellules nerveuses. Le SNC peut reconstruire en partie les gaines de myéline attaquées. Cependant, certains axones touchés ne peuvent plus fonctionner correctement et périclitent. Ces attaques sur le SNC se produisent en général bien avant le diagnostic et sont malheureusement toujours plus étendues. 

Comme l'attaque sur les gaines de myéline peut se faire à différents endroits du SNC, les troubles et symptômes neurologiques de la sclérose en plaques sont très variés et dépendent de la zone du foyer de l'inflammation.

Alors qu'une activité inflammatoire élevée liée à des poussées (comparable à la «pointe de l'iceberg») est déjà visible par le médecin et le patient durant les premières années de la maladie, on ne voit pas les pertes d'axones qui s'additionnent au fil des années. Les poussées initiales qui passent inaperçues pour le médecin et le patient ont comme conséquences tardives des handicaps neurologiques permanents et la progression de la maladie.


Transmission de l'influx nerveux

Les informations sont transmises dans le système nerveux central, sous forme d'impulsions le long des axones, qui sont de longues chaînes de cellules nerveuses. Les axones sont entourés d'une sorte de couche isolante, la gaine de myéline. Cette gaine présente à intervalles réguliers des rétrécissements appelés nœuds de Ranvier. Afin que la transmission de l'impulsion ne dure pas trop longtemps et que les signaux soient transmis le plus rapidement possible, l'influx nerveux «saute» d'un nœud à l'autre. Cependant, comme dans la sclérose en plaques, la gaine de myéline et les axones sont attaqués à tort par les cellules immunitaires, la transmission de l'impulsion est perturbée.

 

111114_Copaxone_Grafik_Nervenimpulse_F (2).jpg

 

Symptômes typiques de la sclérose en plaques

La majorité des fonctions de l'organisme est contrôlée par des signaux envoyés par le cerveau, qui arrivent aux muscles et aux organes sous forme d'influx nerveux, puis retournent ensuite au cerveau. Selon la zone du système nerveux central concernée par la sclérose en plaques, donc là où la transmission du signal est perturbée, la maladie se manifeste par des symptômes très différents. Ceux-ci comprennent:

•Fatigue chronique et épuisement (décrite aussi comme grande fatigue)
•Troubles visuels ou perte de la vision
•Troubles de la sensibilité, tels que fourmillements, picotements ou engourdissements dans les bras et les jambes
•Troubles de l'équilibre
•Faiblesse musculaire
•Troubles de la parole ou de la déglutition
•Troubles du transit intestinal ou de la vidange de la vessie
•Difficultés à se concentrer, oublis, sautes d'humeur 

 

Comment évolue la sclérose en plaques?

En général, la sclérose en plaques débute entre 20 et 40 ans. Les femmes sont deux fois plus souvent touchées que les hommes. L'évolution typique comporte des poussées (sclérose en plaques récurrente-rémittente; en anglais «Relapsing forms of MS», RMS). Les symptômes apparaissent soudainement et disparaissent complètement après quelques jours, des semaines, parfois aussi des mois. Plusieurs mois ou années peuvent s'écouler jusqu'à la prochaine poussée. Au fil du temps, les symptômes apparaissant pendant une poussée sont plus marqués et ils ne disparaissent plus complètement après la poussée. Après une longue période de la maladie, une évolution chronique des symptômes peut survenir. Cette forme est appelée sclérose en plaques progressive secondaire.

Chez certains patients, la maladie progresse rapidement dès le début. De plus en plus de symptômes apparaissent, et ne régressent plus. Dans ce cas, il s'agit d'une évolution appelée d'emblée progressive. Les experts parlent ici d'une sclérose en plaques progressive primaire (SEP-PP).


 

Quelle est la visée du traitement de la sclérose en plaques?

Le traitement de la sclérose en plaques comprend des mesures médicamenteuses, qui peuvent être complétées par des mesures non médicamenteuses. Les objectifs importants du traitement médicamenteux sont de:

•réduire l'inflammation dans le SNC;
•protéger les axones;
•commencer le traitement le plus tôt possible et le poursuivre de façon cohérente.


Comment traite-t-on la sclérose en plaques?

Étant donné que l’on ne comprend à ce jour pas encore pleinement comment une sclérose en plaques se déclenche, cette maladie reste malheureusement incurable. Mais il est possible d’influencer favorablement le cours de la maladie avec des médicaments et de retarder la progression de la maladie.

Les lésions des fibres nerveuses ne sont pas réversibles. Ainsi, le but du traitement est de retarder ces lésions aussi longtemps que possible. Ce résultat est obtenu, entre autres, par des médicaments appelés immunomodulateurs. Ils aident à combattre le processus de l'inflammation responsable des lésions des fibres nerveuses. L'un des principaux médicaments immunomodulateurs pour la sclérose en plaques a été développé par Teva*.

Au cours des dernières années, beaucoup d’autres médicaments pour combattre la sclérose en plaques sont apparus sur le marché. La plupart de ces médicaments utilisent le mécanisme de l'immunosuppression. Dans ce cas, des composants individuels du système immunitaire sont spécifiquement supprimés et leur effet est inhibé.
Selon la situation, d'autres médicaments sont administrés, comme des préparations à base de cortisone ou des médicaments pour la relaxation musculaire. Les mesures non médicamenteuses de soutien dans la sclérose en plaques comprennent, par exemple, la physiothérapie.

*IMS Health NPA through September 2014